La présence invisible de Maria Salvetti.

maria

Le 1er mai

AU CAFÉ DE LA PAGE

le thème était

QUAND LA PEUR VIRE A LA FANTASMAGORIE

Les spectateurs ont assisté à un étrange phénomène…

Un tabouret bougeait tout seul !

A croire qu’une personne se cachait en coulisses

et tenait des fils invisibles…

MARIA 2

 

Elle s’appelle Maria Salvetti.

 

Je l’ai connu sur un projet appelé « Île et Châtiment »

Une adaptation des « dix petits nègres » d’Agatha Christie

mise en scène par Marine Assaiante

Maria Salvetti était assistante.

Elle dirigeait les comédiens avec douceur et professionnalisme.

Et dans cette vidéo…

… C’est sa voix que l’on entend !

Alors

suite aux émissions de lecture sur Radio Libertaire

J’ai tout de suite été voir Maria Salvetti

pour lui dire que j’avais envie de créer un bar

où les auteurs viendraient de tous les pays et de toutes les époques.

Elle m’a alors aidé à trouver le nom

AU CAFÉ DE LA PAGE

.

Elle a dirigé et commenté

toutes les  répétitions générales.

.

Elle a choisi les textes de la session de février

LE MYSTÈRE DES FEMMES ÉCRIVAINS.

maria 5

 

Sur ce projet,

Maria a eu l’humilité de travailler dans l’ombre

Posons maintenant un projecteur sur elle :

MARIA 3Dotée d’une solide formation de comédienne acquise en France (Conservatoire municipal de Paris, cours Calliope – anciens élèves de JL Cochet) et à l’étranger (Living theatre de New York, Studio school theater de Cambridge), Maria rejoint la troupe des Planches en 2003 avec laquelle elle crée la pièce Vent de travers, jouée à 30 reprises dans plusieurs théâtres parisiens. Elle travaillera avec cette compagnie pendant un peu plus de 5 ans, explorant tour à tour le jeu, l’écriture, l’improvisation et la mise en scène. Après différents rôles dans des pièces et des courts-métrages, elle approfondit son approche de la mise en scène et de la direction d’acteurs, notamment aux côtés de Marine Assaiante dans une adaptation des Dix petits nègres qui est jouée à Avignon dans le festival off en 2014. Elle poursuit ce travail en participant à la mise en scène de la pièce Boulevard Voltaire de S. Scherr, montée au théâtre du Nord-Ouest en 2016.

Dans le cadre d’un master de lettres modernes à Paris III, obtenu en 2013, ses travaux de recherche lui font étudier les thèmes de la douleur du dialogue dans Juste la fin du monde de JL Lagarce et du corps à l’épreuve du tragique dans Incendies de W. Mouawad. Par la suite, Maria se lance dans l’écriture d’un recueil de poésie intitulé « la sève d’autrefois » dont certains poèmes ont été primés dans des concours, puis d’une pièce de théâtre « Liquids ».

maria 4

Comédienne et metteure en scène, formée au Conservatoire municipal d’art dramatique de Paris, au Living theater de New York, au cours Calliope puis
par Michel Castelain, elle alterne répertoire classique et contemporain (Britannicus, Marie Tudor, On passe dans huit jours, Mademoiselle Julie, La machine infernale, California hotel, L’école des veuves, Le bois sacré, Les caprices de Marianne…).

En 2004, elle fait ses débuts devant la caméra dans Mania de Yann Philippe et Edouard Mahier, et dans Jusqu’à ce que la mort vous sépare de François Rimbau. La même année, elle met en scène le one-man show de Benjamin Delahaye qui joua successivement au Koçona café et au théâtre La Loge.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *