Quand les aviateurs cèdent la place aux alcooliques…

aviateur-sou

Le 1er janvier 2017,

l’émission du premier dimanche du mois

L’HAPPY HOUR D’AU CAFÉ DE LA PAGE

sera consacrée

aux ÉCRIVAINS ALCOOLIQUES

 

Lors de l’émission précédente, nous recevions des écrivains aviateurs et voilà que nous passons aux alcooliques.

Dit comme ça, on pourrait penser que nous passons de l’île flottante à la choucroute. Eh bien, en préparant cette émission, j’ai relevé trois points communs essentiels entre les auteurs aviateurs et des auteurs alcooliques.

J’y reviendrai à la fin de cet article.

Lorsque je prononce le thème « écrivain alcoolique » tout le monde me dit avec un air d’évidence « donc il y aura Bukowski »

Oui, il y aura bel et bien Charles Bukowski.

Mais il y aura aussi un incontournable écrivain français :

antoine-blondin-hussards-roger-nimier-alain-cresciucci

Antoine Blondin.

Journaliste et écrivain , on doit à cet invétéré buveur un roman ayant inspiré un film culte du cinéma français.

Rien que pour le plaisir, je vous invite à cliquer sur la vidéo ci-dessous, rien que pour entendre Belmondo dire…

 

 

Antoine Blondin a eu toute sa vie des problèmes avec l’alcool. Il a tiré de cette passion tout son art et sa littérature.

Pour en revenir à la comparaison avec les aviateurs, j’ai noté trois points communs entre Saint-Exupery et Blondin , en plus de se prénommer Antoine.

Zur arte-Sendung am 02. Juli 2000 um 22.25 Uhr Themenabend: Prinz der Lüfte Der Poet und Pilot Antoine de Saint-ExupÄry Der kleine Prinz und der Pilot 3: Antoine de Saint-ExupÄry © Coll. F. d'Agay Fotos: ARTE / Fondation Antoine de Saint-ExupÄryantoine_blondin-25b21

 

Les deux Antoines

 

Les deux Antoines ne supportaient pas de rester sur terre. Leur passion, avion ou alcool, servait visiblement à s’échapper de cette insupportable réalité.

La passion respective des deux Antoines était dangereuse. Ils le savaient. Ils en ont vécu et ils en sont mort.

Enfin, si ces passions permettaient aux Antoines de s’évader, lorsqu’ils écrivaient, probablement pour atteindre une autre forme d’évasion, l’un devait s’arrêter de voler, l’autre devait s’arrêter de boire.

C’est une des informations étonnantes qui se dégage de cette improbable interview d’Antoine Blondin par…

Serge Gainsbourg !

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *